Les Kanban de Bonnada (2)

Suite de l’article Les Kanban de Bonnada (1).

La Balkanisation de Kanban

J’aime bien ce titre, ça fait exotique et l’allitération des k-b donne un côté péchu. Malheureusement, ça traduit aussi assez bien l’éparpillement d’initiatives dispersées par les intérêts divergents.

Les tribus Kanban

Joseph Hurtado ( AgileLion Institute ), promoteur de sa propre initiative Open Kanban (voir plus bas), dénonce la confusion des différents sens du mot Kanban (petit ou grand k) :  Kanban Meanings – Can We Clear Up the Confusion?

Voici un extrait traduit en français :

En résumé, le mot Kanban peut avoir les différentes significations suivantes :

  1. Un mot Japonais pour signe ou panneau d’affichage 看板.  Fréquemment utilisé à la place d’un logo pour identifier un magasin.
  2. Une technique du Toyota Production System (TPS) et du Lean Manufacturing. Taiichi Ohno a pris le sens Japonais de kanban et l’a associé aux étapes du flux de production chez Toyota en utilisant des cartes kanban.
  3. Une méthode Lean et Agile pour le développement logiciel, IT et Métier. Á l’AgileLion Institute, nous la nommons Kanban Ace. C’est également le sens auquel se réfèrent la plupart des gens de l’IT ou développement logiciel (*). En Japonais, ce Kanban est généralement nommé カンバン (Kamban). Al Shalloway parle de Kanban for Teams, et Corey Ladas de Scrumban. Quoique Kanban Ace soit idéal pour l’IT et le développement logiciel,  il s’agit également de la méthode recommandée par Eric Ries pour Lean Startup  et également de l’approche idéale pour tout métier qui veut bénéficier de la légèreté et de la puissance de Kanban   [NDT : cette version parait assez abusive car l’article référencé sur le Lean Startup est écrit par Steve Denning et non pas Eric Ries et ne cite pas du tout Kanban Ace, mais plutôt la méthode Kanban au sens Anderson…(*) De même, la plupart des gens de l’IT ont plutôt entendu parler de la méthode Kanban Anderson plutôt que de Kanban Ace !]
  4. La méthode Kanban ou LKU Kanban. Aujourd’hui une vue de Kanban par LKU et David Anderson qui réfute le fait que Kanban soit une méthode Agile et retire certaines pratiques de développement Lean. Pour être plus précis, LKU Kanban s’éloigne de l’IT et du développement logiciel pour se focaliser sur les méthodes management et « l’amélioration évolutive ».

Tableau Kanban

En fait, on peut rajouter encore d’autres significations à la liste…

Par exemple, l’article A Simple Definition of Kanban Leads to Agile Productivity, de Brian Lucas, décrit simplement l’utilisation de tableau kanban. C’est en fait également le cas de l’article de Steve Denning cité plus haut par Joseph Hurtado.

Laurent Morisseau commence dans son livre « Kanban pour l’IT » (page 4 du chapitre 1) par lister quatre termes « kanban » : carte, système qui met en œuvre un flux tiré grâce aux cartes, tableau qui visualise le système et méthode Kanban avec un K majuscule, cette dernière référençant la LKU Kanban de David Anderson.

On voit bien que donner une signification différente à un mot, en se basant simplement sur le fait qu’il démarre par une majuscule ou pas à l’écrit (!) ne va pas nous aider dans la communication de tous les jours. La communauté Lean IT par exemple n’a jamais fait la différence entre kanban et Kanban.

D’ailleurs, sur cette histoire de nom David J. Anderson lui-même est d’accord, c’est juste un nom : « Takes its name from the use of kanban but it is just a name »  (LKBfr 2013)

Open Kanban : libérez le Kanban

En juillet 2013, Agile Lion Institute a lancé un mouvement pour un Kanban « libre et ouvert » : Open Kanban – An Open Source, Ultra Light, Agile & Lean Method

Qui supporte Open Kanban ? heu, pas grand monde, à part Agile Lion au travers de son offre Kanban Ace, une déclinaison pour l’IT : « Kanban Ace is an Agile and Lean Method based on Open Kanban; but extended to address the particular needs of IT, Software Development and business« .

Dans le même mouvement, Agile Lion s’est empressé d’annoncer les formations et les certifications correspondantes : Kanban Ace classes et Certified Kanban Ace Class. Bref, on fait comme David Anderson avec LKU, avec moins de visibilité et d’influence.

J’avoue avoir aussi du mal à suivre Joseph Hurtado qui pense que David J. Anderson a tort d’élargir sa démarche à l’ensemble de l’organisation, au-delà de l’IT. Mais j’ai peut-être pas bien compris…

La guerre des Kanban d’Alan Shalloway

Moins d’influence, car encore une fois chacun y va de sa propre marque.

Sur la quatrième de couverture du livre Kanban de David J. Anderson, figurait une citation d’Alan Shalloway. C’était l’époque de l’unité : « As early as 2007, a group of software developers – David Anderson, Jim Benson, Corey Ladas, Darren Davis, and others – applied kanban to the process of software development, calling it Kanban for Software Engineering« . Al Shalloway, A Tale of Two Kanbans… or Three

Ah, le « Kanban Software Engineering », vous l’aviez pas celui-là encore ? Qui réécrit l’histoire ?

En tout cas, Al a depuis nettement pris ses distances avec la Lean-Kanban University  :

« the need for a new meaning of Kanban.  The way the industry is going now, I see the term Kanban as being usurped by a relatively small number of people to mean the Kanban Method.  In my mind, this is only in the best interests of those making their livelihood off the Kanban Method. The rest of us should have a term for Kanban that means the entire range of thinking« .

Se reporter au très intéressant article Why We Need a New Meaning/Name for Kanban où il va jusqu’à parler d’usurpation  (Al est très fâché avec David) ! Également à lire, sa défense d’une vision d’un Kanban à la portée plus large What is Kanban?

« Kanban the Lean and Agile method is much larger than the Kanban Method, and with over 40 years of knowledge from leading thinkers from Lean and Agile it cannot be ignored. »

Bien entendu, les intérêts d’Alan sont placés ailleurs : « Al is a SAFe Program Consultant as well as a co-founder of the Lean Systems Society. »

Vous pouvez retrouver des passes d’armes entre Al et David sur le groupe LinkedIn « IT Kanban », par exemple dans la discussion « Is there a need for Kanban Certification? If so what are we certifying? »

« This is only one type of Kanban in software development. Many (most) of the early creators/proponents of Kanban (Corey Ladas, Jim Benson, Karl Scotland, myself and others) don’t agree with the Kanban Method approach, finding it limiting » Al Shalloway.

Kanban Thinking

Je ne me sens pas l’âme d’un moine bénédictin pour tenter de référencer toutes les moutures de kanban. Cependant, il me semble pertinent de rajouter au tableau (!) le Kanban Thinking introduit par Karl Scotland.

Dans l’article déjà cité, A Tale of Two Kanbans… or Three, Al propose sa taxinomie :

  • Kanban is merely a method to manage workflow (Corey Ladas)
  • Kanban is a thought process and a subset of Lean thinking and should be used in conjunction with other Lean-Agile approaches (Al Shalloway, Karl Scotland, others)
  • Kanban is a branded approach to help transition organizations to different practices by using a system to pull work (David Anderson, Lean Kanban University company)

L’apport de Corey Ladas sera abordé dans le troisième et dernier article de cette série, attardons-nous quelques instants sur Karl Scotland.

Karl a introduit le terme sur son blog en décembre 2011 dans Thoughts on Kanban Thinking. Il est très intéressant d’y lire sa vision de la multiplication des marques, en quelque sorte une réponse (à l’avance) à ma série d’articles : « Je suis dans le camp de ceux qui croient que nous devons créer plus de marques, plutôt que de tout réduire à un « sens commun » ou « de bonnes pratiques ». En paraphrasant Alistair Cockburn, chaque équipe qui rencontre le succès derait créer ses propres processus et les marketer pour décrire le contexte et la solution« . Vous voilà prévenus, c’est pas parti pour s’arranger !

Il propose également une introduction à ce qu’il nomme le Kanban Thinking dans un long article disponible sur InfoQ (sept. 2013) : Kanban – Isn’t It Just Common Sense?. Il y reconnaît l’influence originelle de David J. Anderson : « Kanban has been the biggest influence on my current approach after hearing David Anderson talk about his approach in 2007. Since then he has gone on to document the Kanban Method as principles and practices in the book “Kanban: Successful Evolutionary Change for you Technology Business”. In the meantime I have developed an alternative model, which I call Kanban Thinking« .

Il présente son approche systémique comme un modèle proposant cinq heuristiques (Study, Share, Contain, Sense and Explore ) afin d’obtenir trois impacts désirés (Flow, Value and Potential). Il espère ainsi développer à long terme une capacité de résolution de problème au sein de l’organisation.

Mais comme l’écrit Joseph Hurtado toujours prêt à aider les copains : « The problem we see is that the Kanban Thinking concept is still evolving, Karl is writing a book on the subject, and he will certainly modify and expand Kanban Thinking in the future« .

Karl Scotland évoque en effet un livre sur le sujet à paraître dans l’excellente collection Addison Wesley’s Mike Cohn Signature Series. Mais les dernières mises à jour du projet datant d’avril 2012, sera-t-il un jour publié ? En attendant, il semble que le Kanban Thinking ne reste pour l’instant qu’une pensée…

Ouvrez le Multilban

Est apparu récemment (oct. 2013) le Multiban, une sorte de Kanban multi-dimensionnel (parlez-en dans les soirées, ça fait chic) introduit sur le blog de targetprocess, cf. l’article  « Stuck with Kanban? Consider Multiban » : “Ban” stands for “board” in Japanese, Kanban is a “signboard”, and Multiban is a Japanese-English mix which means “many boards”.

Comme ils devaient trouver que c’était encore trop facile de s’y retrouver avec nos kanban aux grands et petits K, ils ont décidé que ça serait carrément plus fun si on mixait l’anglais avec le japonais et zou : Multiban.

Là, impossible de s’en sortir sans outil, ça tombe bien, targetprocess publie justement un outil électronique de gestion de projet (Agile Project Management Software for Scrum and Kanban) qui propose le « multiban » dans ses versions les plus récentes (zut, m majuscule ou minuscule ?).

Le droit à la discussion…

Il y a aussi des opinions franchement d’opposition, en dehors des Odobommédés. Ce sont celles des Rodobodébommédés, avec lesquels aucun accord n’a jamais pu se faire, sauf naturellement sur le droit à la discussion, dont ils usent plus abondamment que n’importe quelle autre fraction des Ouménés de Bonnada, dont ils usent intarissablement.  Le secret de la situation politique – Henri Michaux – extrait de Face aux verroux – Gallimard

Le voyage chez nos Ouménés du Kanban (ou inversement) se poursuit et se termine avec les démarches tentant de mixer Scrum et Kanban dans Les Kanban de Bonnada (3).

Enhanced by Zemanta

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :