Innovation games ?

Innovation Games (le Livre)

Le livre de Luke Hohmann

Innovation ?

La conjonction de la crise et de la mondialisation pousse les acteurs économiques à ne plus se contenter de tenter d’être le meilleur compétiteur, mais à devoir innover pour survivre.

Larry Page de Google déclare dans une interview à Wired :

« Incremental improvement is guaranteed to be obsolete over time. Especially in technology, where you know there’s going to be non-incremental change. »

Se pose immédiatement la question : comment encourager, susciter l’innovation correspondante à ce changement non incrémental ?

Kent Beck (co-signataire du manifeste agile et auteur de la méthode agile d’eXtreme Programming) suggère de partager la vision avec l’équipe (dans le contexte startup, mais le conseil demeure valable dans une recherche d’innovation) :

Each individual in a team in a startup needs to think, not about how good a job he or she can do, but rather, how good a job are we doing?

Tout en conseillant d’aller apprendre auprès de ses clients :

« The real challenge is to create an opportunity for learning by the organization as to what might satisfy or even delight customers so that they will pay for it. »

On retrouve ici également la notion d’enchantement du client prônée par Steve Denning.

Le conseil est bon, s’appuyer sur une équipe partageant la vision, aller à la rencontre de ses clients, se transformer en organisation apprenante, mais comment l’appliquer ?

Motivation – Créativité

L’un des principes de l’agilité concerne justement le rapport à l’équipe de réalisation :

Réalisez les projets avec des personnes motivées.

Comment s’y prendre ? Le manifeste agile nous donne un début de réponse :

Fournissez-leur l’environnement et le soutien dont ils ont besoin et faites-leur confiance pour atteindre les objectifs fixés.

La motivation commence par le soutien, la confiance et le partage d’objectifs clairs.

Réunions, séminaires ? Incitations financières ? Dan Pink rappelle dans son livre « la vérité sur ce qui nous motive » que la motivation sur des tâches innovantes ne s’obtient pas par des encouragements financiers. Il s’appuye sur plusieurs travaux scientifiques (*) démontrant qu’il existe deux types de motivation, suivant qu’elle soit imposée ou non à la personne :

  • extrinsèque, basée sur la récompense et la sanction (la carotte et le baton)
  • intrinsèque, mobilisant l’individu grâce à l’intérêt, au plaisir, l’émotion

(*)

  • « Motivation to work » par Herzberg en 1959
  • Richard Deci en 1975, enrichissement par Deci et Ryan (1985, 2002)

Ainsi, le management traditionnel, adapté aux tâches répétitives du siècle dernier, freine la créativité nécessaire aux changements du vingt-et-unième sicèle.

Games – Jeux sérieux

Il faut donc « sortir du cadre« . Comment ?

En jouant !

En effet, à quel moment de notre existence sommes-nous plus créatifs et connectés que lorsque nous nous trouvons en situation ludique ?

« Quelle est la manière la plus attractive et la plus facile de promouvoir l’apprentissage, de créer des réunions avec des productions de valeurs, de motiver et de booster les équipes, d’augmenter l’engagement et simplement d’obtenir le meilleur de chaque personne impliquée ?

En jouant, tout simplement ! »

Thorsten Oliver Kalnin

Lors de la keynote de ScrumDay 2012, Maarten Volders expliquait :

« games are about emotion : they allow you to focus, remember, discover, be curious … and have fun »

Depuis quelques temps, de plus en plus d’entreprises s’intéressent ainsi au jeu comme moyen d’augmenter cette fameuse motivation intrinsèque.

On parle alors de jeu sérieux (serious game), c-à-d de jeu avec un objectif.

Les jeux sérieux sont ainsi utilisés pour :

  • expérimenter
  • apprendre
  • imaginer, créer
  • suppléer aux sessions de brainstorming infructueuses
  • communiquer
  • mieux connaître son marché
  • définir et partager une vision

La communauté des praticiens agiles recourt fréquemment au jeu :

  • en formation, en utilisant par exemple des constructions de produit en Lego® pour simuler une production réelle;
  • en estimation, au travers du fameux planning Poker qui permet à l’équipe de communiquer, de partager les informations et de s’assurer que la compréhension est partagée;
  • pour collecter de données, par exemple lors d’une sessions de rétrospective, dans le cadre de la démarche d’amélioration continue.

L’éducation nationale prône également l’utilisation des serious games, mais dans une orientation plutôt jeux vidéos.

Innovation Games®

Le jeu sérieux s’applique à de multiples champs d’activité.

En 2007, Luke Hohmann, dans son livre « Innovation Games, creating breakthrough products through collaborative play« , introduit le jeu comme outil de recherche marketing. Il y décrit 12 jeux s’appliquant à différentes phases de réflexion.

Dans le même esprit, Dave Gray, Sunni Brown et James Macanufo ont publié en 2010 : « Gamestorming: A Playbook for Innovators, Rulebreakers, and Changemakers« .

J’ai eu la chance de suivre en décembre 2012 une formation de facilitateur aux Innovation Games® directement auprès de Luke Hohmann. J’ai pu ainsi expérimenter directement sa manière d’enseigner tout en bénéficiant de son expérience.

Formation aux Innovation Games

Choisir, préparer, animer et analyser les données produites par un jeu sérieux ne s’improvise pas.

Ideasinoaction

Je propose sur demande une formation aux Innovation games à fin d’accompagner les personnes intéressées par la découverte et l’apprentissage de ce domaine.

Dans cette journée de formation, tout en découvrant les bénéfices du story-telling, vous expérimenterez différents types de jeu sérieux afin de répondre aux besoins suivants (non limitatifs) :

  •    Apprentissage, entraînement
  •    Innovation
  •    Motivation d’équipe
  •    Définition de stratégie et d’objectifs
  •    Détermination de priorités
  •    Conduite de changement
  •    Résolution de problèmes
  •    Augmentation de la productivité
  •    Satisfaction client

Que vous soyez amené à accompagner des équipes, animer des réunions, concevoir de nouveaux produits, former des groupes, vous découvrirez comment changer radicalement la manière d’interagir avec les participants. La formation vous initiera également aux secrets d’un événement réussi et d’une animation efficace.

Vous serez étonné de la qualité des résultats produits, de l’engagement des personnes et du plaisir que chacun prendra à ces ateliers. En effet, si un jeu sérieux présente toujours une finalité liée au domaine professionnel, il l’atteint tout en connectant chaque individu à sa créativité, son imaginaire et ses émotions.

Résultat : non seulement l’objectif professionnel est atteint mais les participants vous remercient du plaisir pris à participer à l’expérience !

Me contacter training [at ] ckti.com pour toute information.

Au plaisir de vous retrouver bientôt pour jouer, innover et participer à l’évolution du monde de travail que Maarten Volders résume très bien dans la formule :

The future of work is about being more human…

2 Commentaires

  1. Ping : La tour de babel agile |

  2. Ping : Mes formations Agile (4ème trimestre 2013) |

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :